La Fromagerie Le Fédou

  • La Ferme Caussenarde d'Autrefois

Nos fromages disent notre histoire et notre goût de partager de bons moments.

Depuis toujours les femmes de la famille Pratlong, comme celles du Causse Méjean ont moulé des fromages avec le lait des brebis élevées par les hommes. A Hyelzas – Hures-La-Parade, la ferme de la famille Pratlong, devenue le musée , « La Ferme Caussenarde d’Autrefois » conserve cette mémoire.

C’est là que Marie et Armand Pratlong créaient en 1971, avec le lait de leur troupeau, un fromage à pâte molle de 250g, au lait cru, qu’ils nommaient Fédou à partir du mot « fède », nom occitan de « brebis » un peu plus gros que les pérails qu’ils élaboraient aussi traditionnellement.

En 1982, leur fils Christian Pratlong et son beau-frère Pierre Saumade fondent le Gaec (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) de Hyelzas. Leurs épouses, Florence Pratlong et Jeanine Saumade, transforment le lait du troupeau familial en Fédou et pérails, réservant au dimanche le moulage des tommes qui, plus rapide, permet de finir plus tôt.

histoire du Fédou, ancienne fromagerie

Retournement des fédous, ancienne fromagerie.

Le fromage au lait de brebis est encore mal connu hors de ses zones de production. Pour les visiteurs de la ferme, c’est du chèvre, du Roquefort ou du corse. Patiemment, il faut faire connaître le fromage de brebis à pâte molle traditionnelle..

En 1990, Florence et Christian Pratlong, Jeanine et Pierre Saumade fondent la SARL Le Fédou. Le développement d’une activité économique qui permettra l’installation de nouveaux habitants, l’arrivée d’enfants à l’école, est possible. Notre motivation est un mélange de goût d’entreprendre et de volonté de maintenir un tissus social sur le Causse Méjean. Nous sommes dans la lignée de la dynamique d’Armand Pratlong, soucieux de la vie sociale, de l’école. Il avait en 1982 cédé du terrain pour favoriser à Hyelzas l’installation de deux artisans, il a eu confiance dans le développement du causse Méjean et du Fédou à Hyelzas.

 

La sarl Le Fédou mise sur la qualité : lait cru de brebis exclusivement, pas d’ensilage pour préserver le goût du lait et la santé des brebis. La gamme s’étend avec, en 1992, la brique au lait cru de brebis, en 1997 les fromages à caillage lactique, Péraldou , Rocaillou et pavé, puis la Cardabelle, la Meule. La gamme de fromages au lait cru s’élargit.

2004, gamme de fromages du Fédou, tomme, brique, pérail, rocaillou, Pavé.

2004, gamme de fromages du Fédou, tomme, brique, pérail, rocaillou, pavé.

En 1990, l’atelier de la fromagerie est aux normes européennes, en 1994, il est agrandi de 30% et double de capacité en 2000. En dix ans, l’effectif du Fédou est décuplé : de deux salariés de 1990, il est passé à plus de vingt. Et douze familles d’éleveurs du Causse Méjean et du Causse Sauveterre, écoulent leur lait au Fédou.

Entre 2003 et 2007 l’activité ralentit. Des moisissures perturbent la production. Le personnel finit par trouver leur cause hors de la fromagerie, dans le réseau d’eau. L’installation de filtres rétablit les conditions d’affinage.

Les amateurs accueillent aussitôt le retour des fromages, mais l’entreprise est exsangue. Il faut recapitaliser. C’est chose faite fin 2008 grâce à quarante particuliers, la Sarl devient Fromagerie Hyelzas SAS sous la présidence de Florence Pratlong. Les éleveurs soutiennent la reprise en prenant une part importante au financement de la trésorerie. L’activité fromagère née à la ferme il y a plus de 30 ans a su gagner la haute mer et survivre aux tempêtes. Nous avons passé notre cap Horn !

Sous l’impulsion d’une présidente engagée pour la qualité des coopérations internes et externes de l’entreprise, les jeunes recrues deviennent des équipes de professionnels motivés, attentifs et innovants. Témoin, en 2012, la naissance des fromages à croûte mixte cerclés d’épicéas du Jura, dont la figure de proue, le Claousou, devient un succès. En 2014, nouvelle innovation réussie avec la brique cendrée Téoulette.
Début  2015, Armand Pratlong quitte ce monde, rapidement suivi de Marie, son épouse. Mais nous portons l’héritage de leur dynamisme, de leur ouverture. L’école primaire de Hure-La-Parade Hyelzas, accueille toujours les enfants du Causse. La vie continue.
Heureux du chemin parcouru, nous regardons avec confiance celui sur lequel nous sommes déterminés à avancer.

Inquiets de la présence de loups qui déstabilisent les élevages du causse Méjean, nous espérons pouvoir longtemps collecter le lait de brebis qui pâturent les landes arides du causse.

Les commentaires sont fermés